On parle de la Mirabelle…

Une oasis dans le quartier universitaire d’Ixelles…

C’est peu dire que la Mirabelle fait figure d’institution dans le quartier universitaire d’Ixelles. Depuis 1976 l’établissement, toujours tenu par la même famille, porte haut le flambeau de la bonne cuisine de terroir. Des plats appréciés par plusieurs générations d’étudiants, mais aussi par une clientèle de plus en plus large, séduite par la qualité de la cuisine, l’ambiance authentique et inimitable du cadre, l’accueil toujours souriant et agréable.

Après plus d’un quart de siècle de bons et loyaux services, la Mirabelle, plus que jamais, est une référence incontournable, une vraie brasserie bruxelloise comme on les aime, dotée d’un des meilleurs rapports qualité-prix de la capitale.

Dès l’entrée, on est séduit par l’originalité du cadre : briques, carrelages et affiches d’époque créent l’ambiance inimitable d’une brasserie à la belge. Dans le prolongement, une véranda lumineuse, plus « cosy », s’ouvre sur un jardin à deux étages, véritable oasis de verdure et de calme dans le quartier de l’Université, près du Cimetière d’Ixelles.
Un restaurant qui ne se repose pas sur ses lauriers…
Loin de vivre sur sa seule réputation, la Mirabelle est un restaurant qui bouge, qui évolue, qui n’a cessé ces dernières années de s’améliorer.
La carte d’abord, qui, à côté des classiques toujours plébiscités – on citera notamment la fameuse brochette Macao, les calamars frits, le vol-au-vent de volaille, les chicons au gratin, le lapin à la gueuze – a su se diversifier. Avec davantage de salades pour l’été, des pâtes à l’italienne, de très bons poissons, sans oublier chaque mois, en suivant le rythme des saisons, de très appétissantes suggestions.

De main de Chef…
Appréciée des guides gastronomiques, fréquentée par une clientèle venant d’horizons très différents, la Mirabelle surfe sur une vogue publique qui tient autant à la modicité de ses tarifs qu’à son ambiance toujours chaleureuse et aux qualités de sa cuisine inventive et régulière. Pour ce faire, Louis Wullaert, qui a fait ses armes au « Mon Manège à Toi » et à l’hôtel « Hilton » notamment, a mis toute son énergie pour diriger de main de Chef une brigade dont la compétence n’est plus à prouver, et pour concocter une carte qui oscille entre un classicisme de bon aloi et une créativité de bon goût, renouvelée par le rythme des saisons, le tout proposé à des prix imbattables, à l’exemple du lunch, offert chaque midi pour 7,20 euros.
La meilleure attention est prêtée aux produits frais et permet la réalisation, dans la maison, de tous les plats , y compris les desserts.
Même esprit, même rigueur, Même politique de prix « serrés » côté cellier, avec de nombreuses bonnes bouteilles, des coups de cœur maison, des vins de nombreuses régions de France, provenant souvent de petits producteurs. A découvrir également, toute une sélection de très bons vins portugais, d’un excellent niveau, des vins plaisir qui en étonneront plus d’un.

Bien manger, jusque très tard le soir…
La Mirabelle fait partie, on l’oublie parfois, du club fermé des vrais restaurants de nuit, branché en permanence sur la vie bruxelloise, dans ce qu’elle a de plus authentique.
Ouvert 7 jours sur 7, jusqu’à 01 heures du matin, toute l’année sauf le soir de Noël, la Mirabelle est un des rares établissements de nuit où l’on est bien accueilli et où l’on mange bien. Un lieu de rendez-vous gourmand idéal après le spectacle.
Autre atout, particulièrement précieux dans le quartier, un parking privé sécurisé et un service voiturier, opérationnel tous les soirs à partir de 20 heures.
Un cadre préservé, apprécié par tous…
La Mirabelle, c’est aussi une ambiance chaleureuse, une atmosphère conviviale, une authenticité, celle d’une véritable brasserie avec ses murs de briques patinés par les ans, ses collections d’affiches, ses banquettes, son bar, ses petites tables. Un univers prisé par une clientèle très variée, toutes classes sociales confondues, des cadres, des étudiants, des jeunes, des moins jeunes, des solitaires, des couples, de grandes tablées d’amis. L’adresse est aussi très fréquentée par les artistes de passage à Bruxelles, qui font rapidement parties des nombreux habitués.
Autre élément de charme, la belle véranda à l’arrière, qui s’ouvre sur un très agréable jardin, une belle terrasse qui permet de déjeuner tranquillement dès que le temps le permet.

Plus jeune que jamais, La Mirabelle n’a pas fini de séduire tous ceux qui veulent bien manger sans dépenser trop, à midi ou à minuit.

  • Journal Le Soir

« Belle… Belle Mirabelle »
Les ‘U.L.Bistes’ la connaissent comme leur poche trouée. On l’appelle ‘la Mirabelle’, elle affiche en permanence des expos photos, un service irréprochable et un rapport qualité-prix défiant toute concurrence. »

 

  • Journal L’Echo

« C’est sans doute le plus chouette des cadeaux de Noël ou la plus belle carte de vœux que puisse recevoir un restaurateur. Lisez plutôt :

« Monsieur le directeur, le 13 décembre, mon épouse et moi-même sommes venus souper après un spectacle dans votre restaurant. Nous avons occupé la table 1 et, selon le ticket de caisse, le service était assuré par monsieur Jean-François.
L’objet de ma lettre est de remercier tous les membres de votre personnel pour leur grande courtoisie, leur gentillesse et leur attention. Ces remerciements s’adressent aussi à vous-même à qui nous devons, sans aucun doute, cette attitude si agréable de votre personnel.

Une attitude devenu si rare même dans les maisons aux plus hautes prétentions. Notre repas nous a paru encore meilleur. Veuillez recevoir, monsieur le directeur, mes meilleures salutations et nos vœux pour vous-mêmes et tous vos collaborateurs. »

L’heureux réceptionnaire de cette missive est Orlando, le patron de ‘la Mirabelle’ à Ixelles. Puissent tous ses collègues restaurateurs des quatre coins du pays, de toutes les nationalités et de toutes les cuisines recevoir un tel message et un tel coup de pouce pendant l’année qui vient.

C’est qu’il ne faut pas décrocher la lune pour avoir le cœur dans les étoiles… »

  • Guide Delta

Plus de vingt cinq ans d’une vogue publique qui tient sans doute à la modicité des tarifs mais, plus flatteusement encore, au décor et à l’ambiance inimitable d’une brasserie à la belge où, à un tel coût étudié, le plaisir de s’attabler ne cesse d’être vif et actuel depuis un quart de siècle. Véranda lumineuse, plaisant jardin à dîner, seule véritable oasis dans ce quartier universitaire et cellier lusitano-français.’

  • Brussels life

La Mirabelle offre des plats de qualité dans un décor agréable. La carte est variée et les prix raisonnables. Le personnel est accueillant, et le jardin en été est très agréable.

  • Petit Futé

Les « anciens » de l’université de Bruxelles ne peuvent s’empêcher de passer devant la Mirabelle sans un léger pincement au cœur. Pour beaucoup, c’est en effet le premier vrai restaurant où ils ont pu emmener l’élu(e) de leur cœur sans forcément rougir ni du service ni de la qualité des mets. C’est d’autant plus amusant que rien ne change vraiment dans cet incontournable du quartier estudiantin. Une large carte de brasserie permet de choisir des plats simples, mais savoureux, si on n’a pas trouvé son bonheur dans les suggestions régulièrement changées. Bonne nouvelle : il ne faut pas être étudiant pour apprécier le rapport qualité/prix qui compte parmi les meilleurs de Bruxelles.